Les Fauves

par Marika Maymard

Soumettre les animaux sauvages et en tirer gloire fonde depuis la nuit des temps une forme de relation entre l’homme et la nature. Un rapport où l’effroi côtoie l’admiration, un affrontement qui du réflexe de protection tourne à la passion et à l’envoûtement. Le guerrier se pare des attributs de l’animal abattu pour s’arroger symboliquement son courage, provoquer à son tour la peur et convoquer la gloire pour avoir vaincu la force aveugle. Sa conquête est une première forme d’appropriation. L’exaltation qu’elle procure tourne à l’obsession. Conquérir encore, tuer, rapporter des trophées ou capturer et exhiber constitue à la fois un but existentiel et une alternative à l’accablement des héros bafoués des campagnes militaires perdues. Le XIXe siècle retourne contre le « sauvage », bêtes et hommes, les questionnements et les désirs d’une société que les succès du Progrès et le recul des frontières font enfler démesurément.

 

Se mesurer au sauvage

Combattre les bêtes sauvages à la porte des habitations, à l’instar de l’ours, du loup ou du lion selon les contrées est un enjeu vital. La nécessité de l’affrontement devient jeu, spectacle, lorsque par oisiveté, par désir de puissance ou de revanche sur l’adversité, l’homme, le roi ou l’empereur organisent un gigantesque rapt d’animaux sauvages et un carnage en coupes réglées. Le premier lien entre le cirque et l’exploitation des fauves est né des ludi offerts aux peuples romains à l’intérieur des amphithéâtres bâtis dans tout l’empire. Constitués de chasses – venationes - et de combats entre hommes et bêtes, les jeux du cirque consomment par centaines les animaux sauvages rapportés des régions soumises. Selon Dion Cassius la seule inauguration du Colisée, l’amphithéâtre de Flavien, par l’empereur Titus en 80 après J.-C. a justifié la mise à mort de 9 000 animaux apprivoisés ou sauvages pendant les 100 jours de festivités. Les jeux ont disparu avec la chute de Rome au Ve siècle, mais ils trouvent un écho à travers le temps, dans les combats et les exhibitions d’animaux. Dans des arènes aménagées aux portes des villes, on lance des dogues contre des ânes, des loups contre un ours, des hyènes contre des taureaux. Ainsi, antérieur à l’invention du cirque moderne en 1768, le « Cirque » de la rue de Sèvres répand sa puanteur et les hurlements de ses sanguinaires combattants dans ce faubourg de Paris. Détruit en 1778 pour ériger l’Hôpital des Enfants malades, il est reconstruit à la barrière de Pantin.

 

 

L’exhibition organisée

Depuis les exhibitions de montreurs d’ours sur les places de village à l’aube des temps se déroule toute l’histoire chaotique de la domination des hommes sur les créatures sauvages. Enjeu existentiel et économique, l’exhibition d’animaux exotiques se pare de justifications, du divertissement à l’étude scientifique. Les foires regorgent de « Professeurs » qui présentent dans un vocabulaire latinisant et emphatique des « merveilles de la nature » arrachées à leur milieu, étiquetées selon leur degré d’étrangeté, encagées, enchaînées, inventoriées sur les affichettes placardées sur les murs, « Par permission » du préfet de la ville.
Le cadre de la représentation s’organise peu à peu. Du chaos sanglant et nauséabond des arènes romaines à la présentation stylée en uniforme chamarré des entrées de cage des cirques, s’élaborent toutes les étapes d’une dramaturgie. Le théâtre des fauves commence à l’ombre des « cages-théâtres » alignées derrière les façades en miroirs biseautés des ménageries foraines.

 

 

Il se compose au minimum d’un décor, d’acteurs préparés pour la prestation, et d’un maître du jeu. Dans la distribution, les plus attendus sont les fauves, les grands félins, tigres et lions, et les petits félins, panthères et léopards, jaguars, pumas et lynx. Mais les ours, les hyènes et les loups sont aussi des fauves. Les premiers dompteurs, Henri Martin, Isaac Van Amburgh et James Carter se produisent sur scène dans des pantomimes, vers 1830. Une chronique de la vie parisienne décrit en 1829 : « La ménagerie de M. Martin rue Basse-St Denis. On y voit deux lions, un tigre du Bengale, la hyène d’Asie et le lama du Pérou. Chacun est apprivoisé et joue avec son maître »1. Il faut attendre presque cent ans pour que les fauves, éduqués, dressés ou domptés, passent de la cage-théâtre à la cage centrale d’une piste de cirque. Les premiers cirques-ménageries se nomment Amar, Bouglione, le Zoo Circus des Court, en France, Kraiser ou Krone en Allemagne, Chipperfield en Angleterre, Kludsky en Tchécoslovaquie, Van Amburgh aux États-Unis…

 

 

Face à face fatal

Du moment où le dompteur et l’animal se trouvent en présence, ils sont engagés l’un envers l’autre, tributaires l’un de l’autre, à la ville comme à la scène. Le mansuétaire, bas officier de la maison impériale à Rome, en charge des bêtes sauvages destinées aux « divertissements animaliers », doit leur apprendre à parader dans l’arène avant de combattre selon un processus à respecter. Gare si l’animal gâche le spectacle en sautant les étapes, pour bondir sur l’adversaire dédié et le déchiqueter trop vite ou à l’inverse, s’il s’endort sur le sable chaud ! Le mansuétaire dresse « à mains nues », dans un rapport qu’il veut baser sur une confiance mâtinée de juste ce qu’il faut de menace. Une méthode nommée « pelotage » au XIXe siècle, adoptée dit-on par Martin au théâtre, en opposition au dressage « en férocité », employé plus volontiers par les belluaires de la foire pour son pouvoir terrorisant. Le face à face obligé entre le dompteur et ses bêtes dès le premier contact conditionne sa connaissance de chacune, de son comportement et de son caractère. L’avenir de leur alliance ne sera jamais sûr, malgré toute l’attention prodiguée, l’expertise effectuée, la vigilance constante. Alfred Court (1883-1977) dompteur audacieux, passionné, écouté, obtient des succès dans tout l’Occident avec des groupes de fauves présentés par des dompteurs choisis pour leurs compétences et leur caractère trempé. Il professe, témoigne, dans des articles et des ouvrages. Mais à la fin, il pleure plusieurs dompteurs de sa maison.

 

 

Le dressage : question de genre ?

Si le puissant levier qui peut pousser quelqu’un à embrasser la carrière de dompteur est le désir de se sentier exister librement avec force et passion, alors les femmes comme les hommes peuvent y prétendre. Les ressources à aller chercher au-dedans de soi, l’amour des bêtes, un parfait sang-froid et une grande obstination, ne sont pas l’apanage d’un sexe. Ce qui rapproche et ce qui différencie les dompteuses est leur façon d’exercer leur domination sur leurs fauves. Madame Morelli fait évoluer ses jaguars en robe de soirée et en collier de perles, Claire Héliot fait l'école à ses lions et leur sert la soupe à table et Tilly Bébé cajole les bêtes qu’elle tient de la Comtesse de X*** qui s’en défait, comme ses propres enfants. Indépendante et impériale comme Nouma Hawa au siècle précédent, Irina Bougrimova dispose ses lions en un tapis sur lequel elle marche en descendant d’une nacelle volante où elle a pris place avec son lion préféré. Margarita Nazarova joue au polo avec ses tigres dans un bassin à peine muni de barreaux, ou les fait travailler depuis de petits canapés accrochés à la cage.

 

 

Les femmes dompteuses ont longtemps défrayé la chronique. Certaines assument tranquillement leur activité, d’autres doiventforcer un peu le trait pour s’affirmer face aux hommes, par jeu, par provocation ou par désir de revanche.
Les féministes comme l’Allemande Lily Braun les citent comme pionnières d’une lutte pour l’affirmation d’une identité personnelle, tandis qu’Irina Bougrimova, ancienne gymnaste devenue dompteuse, influence toute une génération de dresseurs soviétiques.
Avec l’abandon progressif des entrées de cages par les grandes enseignes de cirque, la porte entrebâillée moins d’un siècle plus tôt sur un univers auréolé d’acres relents et parcouru de fourrures frémissantes, de rugissements de rage et du souffle de la catastrophe, se referme petit à petit. Irrémédiablement.

 

 

1. in La vie parisienne à travers le XIXe siècle : Paris de 1800 à 1900, T. 1 / publié sous la direction de Charles Simond (1837-1916), Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1900-1901.